06 14 81 69 31 - 03 80 64 32 91

L’initiation du cœur et des pieds est une initiation donnée par certains maîtres reiki au 2ème degré. C’est une initiation que j’ai moi-même reçue, sans en comprendre immédiatement le sens et l’utilité.

Or je prends conscience aujourd’hui que plusieurs personnes ayant reçu cette initiation de façon absolument certaine, non seulement ne savent pas à quoi elle sert, mais en plus ne se souviennent même plus qu’elles l’ont eue. D’autre part, certains maîtres et écoles de reiki ne l’enseignent pas, tout simplement parcequ’il ne la connaissent pas.

L’initiation du cœur et des pieds se fait en une seule fois, au cours de laquelle le maître Reiki par un protocole bien précis ancre profondément l’élève dans le sol, avec des effets parfois spectaculaires.

Lors de l’initiation du cœur, l’ élève reçoit un nouveau symbole appelé de son nom usuel, symbole du cœur (SKSK). Comme chaque symbole, il a une énergie qui lui est particulière. Il a plusieurs utilités, dont celle d’agir sur la dépression, le diabète, l’asthme, les maladies du cœur.

Pour ma part, au-delà de ces effets physiques je trouve qu’il permet de travailler sur l’amour inconditionnel et d’avoir un effet sur le chakra du cœur. J’ai eu la chance de comprendre sa véritable utilité après avoir rencontré plusieurs personnes qui ne l’avaient pas reçu :

Tout d’abord, un maître Reiki sur Dijon, chez qui je suis allée une première fois, passer mon 3ème degré.

Mon ressenti, ma perception, est que malgré un enseignement des connaissances tout à fait valable, tout était froid, sans chaleur humaine, sans partage, comme s’il manquait une dimension à cet enseignement. On aurait dit que le taux vibratoire de la pièce dans laquelle je me trouvais était bas, malgré un taux énergétique élevé.

Le maître reiki était pourtant aimable, mais il y avait vraiment quelque chose d’étrange qui  »bloquait ».

Au-delà du ressenti, quelques exemples plus  »concrets »: Nous étions 2 élèves ; ma collègue de stage avait suivi son 1er et 2ème degré avec ce maître et n’avait donc pas non plus le symbole du cœur. Elle avait droit à la bise en entrant, mais pour moi c’était une poignée de main même au bout des deux jours, (j’en étais étonnée , sans être vraiment offusquée). Pas de partage non plus lors des repas, chacun allait de son côté manger chez lui à midi. Une remise de symboles pour moi surprenante puisque j’ai eu des photocopies et non des symboles dessinés avec amour (donc uniques) et remis un par un, par l’enseignant pour chaque élève…

Plus les heures passaient, plus je me demandais ce que j’étais venue faire ici. J’ai compris plus tard que j’étais venue chercher la signification véritable du symbole du cœur ; qu’est ce que cela fait quand il est absent de l’enseignement du Reiki ? Le fait de ressentir cruellement ce manque, mieux qu’une explication, m’a donné la réponse.

Au bout des deux jours, il nous a été demandé de faire un traitement à l’autre élève exclusivement avec les nouveaux symboles que nous avions appris et surtout pas les autres.

Comme ces consignes ne me convenaient pas, j’ai tracé mentalement SKSK aussi souvent que je le pouvais sans rien dire.

Cela a eu un résultat inattendu, car celle qui a reçu la séance c’est exclamé :  » C’est génial ! Alors que pendant tout le stage j’ai eu des images négatives dans la tête, je n’ai vu pendant cette séance que de belles choses ! Je suis contente, je finis sur une note positive ».

Plus tard, étant devenue moi-même maître reiki, je faisais la connaissance lors d’une de mes rencontres/ partage (destinées à faire réunir tous mes élèves et à faire découvrir le Reiki aux autres) d’une dame très gentille qui était 2ème degré et qui acceptait de donner du reiki. Rapidement, elle s’est sentie très mal sans que rien ni personne n’ait fait quoi que ce soit et elle n’a pas pu donner du reiki.

Trouvant cela très bizarre, je m’occupe d’elle pour la  »remettre en état » et nous discutons. Je ne sais pas pourquoi au bout d’un moment l’idée m’est venue de lui demander si elle avait reçu l’initiation du cœur et des pieds. La réponse était non.

C’était une personne très sensible aux énergies et qui m’avoue en plus avoir un gros problème d’ancrage. Je pense, mais cela reste une interprétation personnelle, qu’elle a fait une sorte de réaction, peut-être une sorte de crise de guérison à une énergie dont elle n’est pas habituée.

Presque tous les praticiens présents ont utilisé ce symbole en masse et j’avais au préalable nettoyé énergétiquement la pièce en incluant ce symbole. D’après moi, ceci aurait pu se produire à cause du fait que c’est une personne particulièrement sensible et manquant énormément d’ancrage. Ceci s’est d’ailleurs traduit par une douleur au coccyx en plus de nausées. Je l’ai cependant rassurée en lui disant bien que sa pratique du reiki est tout à fait valable et que ça fonctionne aussi bien que pour les autres. Tous les symptômes sont disparus rapidement.

La raison évoquée par ceux qui n’utilisent pas cette initiation du cœur et des pieds est  »ce n’est pas du Reiki » ou bien  »moi je colle le plus possible à l’enseignement originel ».

Cela voudrait-il dire que seules ces personnes savent ce qu’est le Reiki ? Cela voudrait-il dire qu’eux savent mieux, que les nombreux autres maîtres reiki qui utilisent cette initiation qui a fait largement ses preuves ?

Il y a tellement de pratiques, et d’enseignements de reiki aujourd’hui que, qui peut dire détenir la vérité ?

D’ailleurs, beaucoup se targuent d’enseigner  »l’enseignement originel ». N’y a-t-il pas une petite dose de vanité là dedans ? Ils enseignent effectivement l’enseignement originel de l’enseignement qu’ils ont reçu. Mais l’enseignement de qui ?

D’accord, le symbole du cœur n’est pas un symbole usuï et ne provient pas de Mikao (voir manuel de reiki II de Nita Mocanu P88). Mais le Reiki évolue. Mikao Usuï lui-même a dû modifier sa façon de faire et créer les symboles parce que les officiers de la marine japonaise refusaient d’utiliser les kotodamas.

Je comprends que toutes les nouvelles techniques ne peuvent être ajoutées au Reiki, c’est déjà tellement un vaste monde, qu’il ne faut pas non plus diluer de trop l’enseignement du Dr Usuï.

Mais quand même ! Imaginez que pour ne pas détruire l’enseignement originel, la médecine soit restée au stade d’il y a 200 ans ! Heureusement que les choses évoluent !

Or j’entends dire que le reiki ne doit pas évoluer. Ce serait une ancienne école de reiki qui affirmerait cela (école dont est issue la dame précédemment citée).

Apparemment, cette école ignore les Techniques japonaises de reiki (pourtant des techniques on ne peut plus originelles, établies par Mikao Usui lui-même). La raison est que ces techniques ont été retrouvées récemment et puisque cette école semble s’être fermée à toutes pratiques extérieures, elle ne les connaît pas.

Techniques qui sont pourtant de grands outils pour aider à l’ancrage !

Alors, imaginez ! Disons que je manque depuis longtemps d’ancrage (parfois depuis l’enfance ; on me qualifiait à l’école d’enfant « dans la lune », ce qui est bien sûr, ressenti comme un défaut !). J’ai donc le sentiment « d’être à côté de mes pompes », à tel point que sur certaines périodes j’ai l’impression d’être carrément à côté de mon corps, de me voir faire et dire des choses sans avoir vraiment les commandes. Impression étrange d’être impuissant dans une espèce de « no man’s land ».De plus, je suis « tête en l’air », j’oublie fréquemment des choses et me dévalorise pour cela. Je me cogne à ma portière de voiture ou me laisse enfermer dehors en laissant les clés dessus. Je ne suis pas stable sur les pieds et je peux chuter régulièrement. Je suis peut-être même maladroite et finis par me casser une cheville…Je pars pour faire quelque chose, et… impossible de me rappeler quoi ; j’ai tendance à « brasser de l’air » et tourner en rond plutôt que d’être à l’instant présent et d’être efficace dans ce que j’ai à faire, car je pars en permanence dans des pensées parasites…Parfois aussi, j’ai le sentiment d’être obligée de vivre ma vie, mais « si j’avais su, je ne serais pas venue ! »

Puis je fais du Reiki (qui est une forme de méditation donc qui nécessite de l’ancrage). Je n’y reçois pas l’initiation du cœur et des pieds (énorme source d’ancrage), ni les techniques japonaises de reiki (dont plusieurs servent à l’ancrage)… Ne manque-t-il pas un petit bout d’information ?

Vais-je pouvoir vivre pleinement les idéaux du reiki ? Vais-je avoir des facilités à trouver mon chemin et avoir des facilités à appliquer « la méthode secrète pour inviter le bonheur » ?

Je vous laisse réfléchir là-dessus.

Et pour finir, je tiens à remercier chaleureusement toutes ces personnes qui m’ont permis de comprendre l’importance de cette initiation et d’intégrer profondément ce symbole du cœur. J’espère qu’il y aura beaucoup d’autres personnes comme cela, histoire de voir si mon ressenti est le même pour une grande majorité n’ayant pas reçu cet enseignement, sans que je ne le sache à l’avance.

Je leur souhaite bonne route dans tous les sens du terme.

Il serait intéressant de savoir si d’autres praticiens de reiki ont eu le même ressenti que moi à ce sujet.

Chrystelle Bourdot, maître Reiki Usuï et Karuna en côte d’or et Bourgogne.

Article initialement paru sur reikiforum.com .